La production en eau potable

Vous êtes ici : Accueil / Environnement et cadre de vie / La production en eau potable

La communauté de communes s’est dotée en 1999 de la compétence relative à la production en eau potable ; le domaine de la distribution demeure quant à lui du ressort des communes.

La production s’étend depuis le forage jusqu’au château d’eau, alors que la distribution concerne la partie allant du château d’eau à l’usager.

Pour la communauté de communes, cela se traduit par la réalisation de travaux d’interconnexion en eau potable.

L’objectif est double :

  • produire une eau de qualité, qui soit conforme aux exigences sanitaires ;
  • s’engager dans une démarche pérenne.

Des forages pour la production d’une eau de qualité

Ces travaux débutent par des forages d’essais effectués par le Conseil général d’Eure-et-Loir. Il est en effet indispensable de mesurer le débit et la qualité de l’eau. Lorsque ces essais se révèlent satisfaisants, un forage définitif est réalisé, cette fois par la communauté de communes.

Pour tout le territoire, des travaux étalés sur trois tranches

Dans une première phase, les captages de Terminiers et de Loigny-la-Bataille, auxquels ont été ajoutés deux forages sur cette dernière commune ont permis d’alimenter Orgères-en-Beauce, Loigny-la-Bataille, Fontenay-sur-Conie, Terminiers, puis Tillay-le-Péneux, Bazoches-les-Hautes et Baigneaux.

Dans une seconde phase, les communes de Cormainville, Lumeau, Poupry puis Courbehaye ont été reliées au site de production de Loigny-la-Bataille.

Une dernière phase est en cours, qui permettra l’interconnexion du secteur ouest du canton grâce au forage de Péronville, auquel s’ajoutera le futur forage de Guillonville.

Les seize communes de la communaté de communes seront ainsi interconnectées et bénéficieront d’une eau du robinet de qualité. Remercions à ce titre la collaboration active et la participation financière de l’Etat, de l’agence de l’eau Loire Bretagne et du Conseil général.

Quelques chiffres

  • Consommation annuelle des 16 communes : environ 450 000 m3
  • Taille des réseaux à la fin des travaux : 75 000 mètres
  • Coût des travaux de la seconde phase : 887 000 € HT

Zoom sur : le rendement en eau potable

Le rendement correspond à une mesure : il s’agit du rapport entre le volume livré, comptabilisé au niveau du compteur des particuliers, et le volume mis en distribution.

Ce volume mesuré permet d’apprécier l’efficacité de la distribution. Afin de permettre la détection d’éventuelles fuites, la communauté de communes a fourni une assistance aux communes concernées par les travaux d’interconnexion pour que des diagnostics de rendement des réseaux soient établis. Cette phase constitue un préalable indispensable à la réalisation des travaux de réparation qui s’avéreraient nécessaires.